6 fois à terre, 7 fois debout" : Jean-Claude Lardinois

Num 2

L'alcoolisme, comment s'en sortir ? La réponse sera courte : Impossible !

Enfin, nuançons. Impossible tant que le buveur ne prendra pas conscience qu'il a un problème avec l'alcool.
Je l'ai déjà dit : le déni est le pire ennemi de l'homme de boisson ! Bien plus que l'alcool lui-même.


Alors, pour l'alcoolique, une fois qu'il admet, un voile se déchire. Ça fait abominablement mal. Épouvantablement mal.
D'abord en rapport précisément avec la désolation dévastatrice qu'il a semée autour de lui, principalement ceux qui l'aimaient le plus.

La prévalence (à savoir le nombre de cas de maladie dans une population donné) de la consommation excessive d'alcool est la plus élevée avec 18,3%, suivie par la consommation quotidienne de tabac avec 15,2%.
(Selon le rapport 2017 sur l'usage des drogues licites et illicites, de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), de l'Office des Nations unies, de diverses universités, notamment celle de Nouvelle-Galles-du-Sud en Australie, de Bristol et l'Université City Collège de Londres, au Royaume-Uni).

Le tabac tue. Mais l'alcool provoque bien plus de dégâts, envers soi-même et au niveau santé bien sûr, mais surtout autour de soi.
Car oui, l'alcool est une drogue au même titre que le tabac, que le cannabis, ou que tout autre stupéfiant. Et sous son contrôle, on devient violent, on perd pied, on provoque plus de dégat, plus de morts que le tabac ou même la voiture... C'est le fléau n° 1.

Alors comment s'en sortir ?
Dans le second tome de la trilogie de Jean-Claude Lardinois, "6 fois à terre, 7 fois debout", on découvre les trois aspects de la maladie, et leurs conséquences, tant sur le malade que sur son entourage.
C'est généralement une traversée des limbes de l'enfer ! Le démon ne libère pas ses esclaves si facilement.
C'est une lutte quotidienne. Et les minutes, sans alcool, comptent comme des heures, les heures comme des jours, et les jours comme une éternité...

Jean-Claude Lardinois rechute, tombe 4 fois, cinq fois fois, six, et même sept fois. Mais la dernière sera la bonne.

Toutefois, il faut le savoir, l'alcoolisme ne se guérit pas ! On peut le contrôler, en s’abstenant, mais il ne se guérit pas.
Il faut également savoir qu'on ne peut s'en sortir seul ! Voilà encore une vérité à laquelle l'alcoolique doit se résigner. Il doit concéder à ce fait. Seul, impossible de s'en sortir, pas plus qu'un homme (ou une femme) plongé en pleine (haute) mer, et ne sachant pas nager.
Jean-Claude sait encore de quoi il parle en témoignant dans ce second livre. Toutes les pistes pour s'en sortir, il les a expérimenté.

Ces témoignages seront une lumière pour les proches, qui comprendront peut-être mieux que c'est une maladie, incurable, mais que l'on peut contrôler.

Ces témoignages peuvent aider ceux (et celles) qui prennent peu à peu conscience d'avoir un problème avec l'alcool.

Il peut également dire à ceux (et celles) qui essaient de s'en sortir, sans y parvenir, de ne pas se décourager. "6 fois à terre, 7 fois debout", il y a moyen d'y parvenir. Un jour à la fois... Une heure à la fois...

Et peut-être, faire comprendre à ceux (et celles) qui affirment encore haut et fort " Moi ? je n'ai pas de problème avec l'alcool", que, peut-être après tout...

Et après ? Le quotidien d'un abstinent ? Peut-on réussir sa vie après avoir été alcoolique ?
Pour le savoir, on attend le troisième volet de Jean-Claude Lardinois.
À paraître bientôt...

6 fois à terre, 7 fois debout" : Jean-Claude Lardinois

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire