J'habite en bas de chez vous.

Une femme SDF témoigne

« Je le sais d’expérience, on peut avoir des papiers en règle, un travail, des amis, une famille et dormir dehors. »

À 42 ans, Brigitte se retrouve dans la rue pour ne pas mourir sous les coups d’un homme. Elle qui, jusque-là, avait une vie comme les autres, s’enfuit. Elle ne le sait pas encore, mais elle vient de devenir SDF.

Brigitte va rester deux ans dehors, sans abri. La rue devient son territoire. Seule, elle subit la faim, le mépris, la solitude, le froid, la peur et la violence omniprésente... Tout est pire quand on est une femme dans la rue. Brigitte voit ses semblables sombrer dans la dépression, parfois dans l’alcool ou dans la drogue, disparaître parce qu’ils ont changé de quartier, ou parce qu’ils sont morts.

Elle s’accroche. Survit. Refuse. La rue l’endurcit et la fragilise à la fois. Durant deux longues années, elle est tour à tour rejetée et aidée. Il lui faudra une force colossale pour s’en sortir.

Le témoignage de Brigitte est bouleversant parce qu’il montre ce que nous voulons ignorer : Brigitte nous ressemble. Elle le dit elle-même, « Dans la rue il y a beaucoup de gens normaux à qui le ciel est tombé sur la tête. »

Plus d’un sans-abri sur trois est une femme. Un livre qui changera à jamais notre regard sur les SDF.

Aujourd’hui, grâce à l’aide d’une association Brigitte est logée dans un appartement. Elle a recommencé à travailler avec des enfants. Un rêve qu’elle n’a jamais abandonné.

Déjà paru :

20 minutes, 31 janvier 2007 : « Ce témoignage bouleversant est à lire absolument. Mais attention : vous n’en sortirez pas indemne, vous ne pourrez plus passer devant un SDF abrité sous des cartons et dire : “Je ne savais pas”. Car ce livre nous montre ce que nous voulons ignorer : personne n’est à l’abri de la rue. »

Closer, 29 janvier 2007 : « Cette femme belle et digne dévoile aujourd’hui comment la rue l’a happée pendant deux ans. Elle force le respect, Brigitte. »

L’EXPRESS, 25 janvier 2007 : « Vif, acéré, le témoignage porte. “La rue, c’est l’horreur ; la réinsertion, c’est pire.” A la longue, avec les associatifs, les bénévoles, Brigitte s’en est sortie. Pourtant, même avec un toit, elle sait ne pas être à l’abri. “Vous non plus”, prévient-elle. »

LE PARISIEN, 24 janvier 2007 : « Brigitte est "tombée dans la rue en un quart d’heure". Elle a mis deux ans pour en sortir. Elle veut être aujourd’hui la voix des 22 000 silencieuses de l’Hexagone : "Tout est pire, dit-elle, quand on est une femme dans la rue." »

ELLE consacre deux pages au témoignage de Brigitte dans son numéro du 22 janvier 2007 : « Ce qu’elle dit en premier, c’est qu’elle est heureuse. Que c’est vraiment bien le petit appartement en banlieue, le boulot de nounou. Mais, dans son regard, il reste des traces du passé, de la rue. Brigitte a voulu en témoigner dans un livre qui tord le coeur. »

 

Cliquez sur la ouverture.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×