Jean-François Rauzier

Un photographe d'un talent époustouflant !Je n'ai pas voulu mettre de photo de lui ici, je préfère vous laisser découvrir cet artiste unique à mes yeux.

Claude.

Jean-François Rauzier

Cliquez sur la photo.


Les photographies grand format de Jean-François Rauzier transfigurent le réel. Elles imposent leur obsédante frontalité et invitent à effectuer une traversée inédite du visible. Distordant la vision euclidienne, juxtaposant plans d’ensemble et détails, elles proposent une approche plastique qui rompt avec le point de vue unique de la Renaissance. Mais surtout, ces évocations panoramiques placent l’homme contemporain au cœur d’un réseau vertigineux de connaissances qui le rend maître d’un nouvel espace-temps dans lequel cohabitent le macrocosme et le microcosme, le virtuel et le concret, le rationnel et l’imaginaire.

Lorsqu’il a créé, en 2002, ce qu’il appelle ses hyperphotos, Jean François Rauzier, alors photographe reconnu, cherchait à restituer une approche différente du motif.Sa quête :

Autrement dit, et pour emprunter au langage cinématographique, auquel son travail fait souvent référence, réaliser, en même temps, un panoramique à 180° degrés et un zoom ultra-serré. Pourquoi ? Pour mettre en avant, entre autres, ce qui échappe à l’œil, à la conscience, à la raison. Et trouver le ressort caché d’une intrigue qui se présente, à tous, dans son aveuglante vérité, comme c’est le cas dans le film d’Antonioni « Blow-up », ou dans le roman d’Edgar Poe « La lettre volée ».

Fabriqués par l’artiste sur ordinateur à partir de centaines de clichés pris sous tous les angles et au téléobjectif, ces montages fourmillent d’objets incongrus ou étonnants. Ils projettent, en une sorte de cinéma scope, leur illusoire vraisemblance :

Certaines de ces reconstitutions peuvent atteindre 2 millions de pixels et 30 GO ! Un savoir faire qui permet, par exemple, de restituer comme dans « Coquelicots », l’amplitude d’un champ de blé et la vie des insectes qui grouillent entre les brins d’herbe ou encore, dans « Paris » de balayer un quartier de buildings du XVème, la nuit, en pénétrant dans l’intimité des appartements dont les fenêtres sont éclairées.

L’artiste travaille sur écran, comme un peintre sur sa toile. Il détoure, redessine et assemble, à la palette numérique, les stocks de troncs, de branches, de feuilles et autres objets et éléments collectés, patiemment, in situ, quand un lieu lui inspire un futur scénario, fantastique, bizarre ou baroque. Inventer des histoires, déployer des visions surnaturelles, entraîner le spectateur dans les méandres de ses rêveries, telle est, en définitive, son l’objectif. Son pari ? Modeler le monde à l’image de ses phantasmes, de ses désirs, de ses interrogations, et retrouver la magie et l’étrangeté des contes ou des légendes avec les outils du XXI° siècle. Une manière originale de passer du singulier à l’universel et de conjuguer le présent à tous les temps.

Voir à la fois plus large et plus près, arrêter le temps et pouvoir examiner tous les détails de l’image figée.
J’ai veillé, pour cela, à respecter les ombres, les reflets, les défauts de la réalité.
Aucun objectif ne peut fournir, en une seule prise, cette netteté que j’obtiens en assemblant 200 photos. 
Jean-François Rauzier


Jean-François Rozier Gallery
Jean-François Rozier

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×