Au delà des mots.

Au delà des mots

Barbara, femme née au sein d'une famille d'origine modeste, a connu une enfance quelque peu misérable.

Elle a toujours ressenti une aversion inconditionnée envers le monde de la médecine des âmes blessées. La psychiatrie.

Cependant, un jour, prise d'un mal-être existentiel, elle osera franchir les cinq marches du numéro 7... Ces marches la conduiront au coeur d'une passion insoupçonnée. Elle dévoilera alors ses secrets d'enfant d'une façon bien mystérieuse...

Dans ce roman, Michèle MIALOT relate les rapports psychiatre - consultante. Les risques encourus par cette relation, mais aussi les mutations des sentiments... Le transfert... Les affections platoniques... La douleur psychique... Les angoisses... Les confidences...

Au delà des mots.
Michèle Mialot

Edition de la morelle
ISBN 978-2-917612-10-1
http://www.editionsdelamorelle.com/

 

un livre pour les femmes , écrit par une femme.

Petit extrait...

Ils sont debout, face à face. Elle prend sa main. Cette main est si large, que celle de Barbara s’y perd. Elle s’y accroche , comme si elle avait peur de tomber dans l’oubli. Elle l’approche doucement vers sa joue, cette main. Il la laisse faire. Puis il résiste... Il ne sait plus…
Ils se séparent. Il lui ouvre le passage. Elle passe devant lui. Ils se quittent, les yeux dans les yeux. Elle se retrouve dans la rue, seule. Elle rentre dans un salon de thé, avec une impression teintée de mélancolie. Passe commande. Un chocolat et un croissant. Elle s’assied sur une chaise. Commence à déguster sa viennoiserie. Elle pense à lui. Elle lui confie oniriquement quelques secrets, pêle-mêle... Elle ferme ses yeux. Elle est seule, dans la foule :


- Mon psy que j’aime, si tu savais ce que j’ai enduré pendant mon enfance ! Si V.Hugo avait vécu à mon époque, il aurait pu écrire un tome supplémentaire des misérables. Aucune fée ne s’est penchée sur mon berceau… Jamais ! Ma jeunesse se trouvait aux antipodes des contes de fées. Seulement dans une vie souillée de fange… Écoute bien ce que je vais t’avouer, mon psy, écoute… Je vais te confier mes secrets au travers de mes pensées, ainsi, tu comprends mieux pourquoi je suis atteinte d’une phobie maladive du rejet et du manqued’amour…
Sais-tu que j’avais peur du sang que je perdais, quand j’étais une môme de 11 ans ? Pour moi, c’était le sang de la honte. Il coulait de mon sexe. Je me cachais dans la forêt, proche de chez moi. Je me lavais à la fontaine. L’eau claire et limpide buvait mon sang impur. Je priais Dieu de me guérir. J’avais peur de mourir. Mon ventre était comme traversé par les pièges des démons brûlants. J’avais mal. Ma mère l’ignorait. Elle a toujours ignoré mes règles, ma mère. Je craignais qu’elle me gronde. Pourquoi ? Dis-moi mon psy, pourquoi ne m’a-t-elle rien dit ?...)

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (1)

miky
  • 1. miky | 15/03/2010

merci pour tout claude
miky

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×