EXTRAIT DE MON PROCHAIN LIVRE

Extrait de mon prochain livre à paraître en octobre 2018.

Titre encore à l'étude, mais suite de " Inaccessible étoile".

Image015

 

Misandre  ou presque…

Comme disait Alfred de Musset "Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels."
La façon dont j’ai vue agir beaucoup d’hommes, ce que j’en ai vu tout au long mes soixante dernières années, m’a poussé à adopter une attitude qui tient parfois à de la misandrerie.
La bêtise des hommes, gonflés d’orgueil et de vanité au point de massacrer leurs semblables, lors de guerres, de révolutions et autres conflits m’a toujours laissé perplexe.
Et même, en dehors de ces faits, la cruauté dont l’homme peut se montrer acteur me laisse dubitatif, tant au niveau de ses semblables qu’au niveau des animaux, et de toute forme de vie.
Je peux comprendre certaines révolutions, par le passé, d’hommes qui avaient faim et qu’on laissait mourir sans leur porter assistance, que ce soit la Révolution française ou d’autres du même style.
Mais la plupart des actes de violence dont j’ai été témoin tout au long de ma vie, directement ou indirectement, relèvent d’une outrecuidance et d’une mégalomanie que nous croyons chaque fois atteintes et qui pourtant surpasse toujours tout ce qu’on pourrait imaginer !
La violence ou méchanceté gratuite, est pour ceux qui l’exercent un sentiment de pouvoir. Ils manipulent les autres, les humilient pour se sentir plus forts, plus intelligents. Parfois envers les animaux. Une fois le divertissement terminé, une fois lassé de leur « jouet », il le laisse tomber pour passer sur un autre. Comme si un être humain, un animal pouvait être un objet ou un jouet !
D’autres critiquent les personnes différentes, handicapés, de race différente, ceux qui ne leur ressemblent pas, afin de se réconforter dans l’idée qu’ils sont normaux.
Lorsque je vois des enfants mourir de faim dans des circonstances atroces, et d’autres s’empiffrer à satiété, je me dis qu’il y a quelque chose qui tourne à l’envers dans le monde des hommes !

J’ai toujours été révolté par la persécution, la torture, la perversion, par toutes ces inhumanités, et dont les responsables, en une très large majorité, sont des hommes. Par le manque d'empathie envers autrui, le mépris envers les subalternes, le désir de dominer et d'asservir.
Une cruauté qui a souvent pour origine une perversion narcissique, chez tous. La cruauté et la perversité, se rencontrent en effet, dans les hautes sphères comme dans les banlieues. Chez les dirigeants comme chez les anciennes victimes.
« Plus jamais ça ! », expression apparue à la suite de la Première Guerre mondiale et qui est devenue un slogan des mouvements pacifistes et antimilitaristes. Après la Première Guerre mondiale, ce slogan résumait le sentiment profond des gens du peuple, ceux qui avaient tenu quatre ans dans des conditions infâmes, ceux qui n’avaient pas de plan de carrière autre que le bonheur de tous les enfants, de toutes les familles.
Et pourtant, il y eut la Deuxième Guerre mondiale ! L’Indochine, l’Algérie… Et les autres… Encore aujourd’hui, aux 21 e siècle.

J'abhorre, j'exècre toute forme de violence, physique ou psychologique !
Mais, tout bien considéré, aujourd’hui sexagénaire, il me reste bien peu d’illusions sur la race humaine ! Je ne voudrais pas avoir 20 ans aujourd’hui !


"Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels."
Tous ? La majorité !


Les hommes de paix sont de plus en plus rares. La plupart sont avides de pouvoir, de reconnaissance, se voulant supérieur en tout point à leurs semblables. C’est, généralement, eux d’abord les autres après. Parce que l’homme du 21e siècle connaît tout, sait tout, à tout compris ! Bien mieux que les autres. Bien mieux que ses voisins.
Pauvre insensé qui ignore qu’il est manipulé par les médias en tous genres ! Qu’il est un mouton !
Où sont les libres-penseurs ? Ceux qui utilisent ce mode de pensée et d'action qui ne se réfère pas à des postulats religieux, philosophiques, idéologiques, politiques ou médiatiques, mais se fient principalement à leurs propres expériences.

L'homme des 21 e siècle est un contestataire soumis aux autorités, aux dogmes religieux, médiatiques avec un avis certain (par influence) sur les moyens à employer pour parvenir à des sociétés moins inéquitables. Adhérant systématiquement à une idéologie conformiste avec ses préjugés qui lui sont inspirés par les médias (internet, télévision, journaux, radios...). Nous revoilà dans une inquisition à peine visible et où le libre-penseur est un hérétique.
Où est le libre examen, la libre-pensée impliquant une capacité à examiner avec honnêteté ses propres préjugés et ses stéréotypes par introspection ? Pourquoi et en quoi un homme serait-il supérieur à un autre en fonction de sa couleur, de son origine ethnique ou sociale, voir de son physique ?
On me dirait sur son éducation, sa personnalité, son caractère, là, je veux bien y réfléchir un instant, mais sur des choses, des faits qui, à la base, ne sont pas dû à un choix personnel…

Pourquoi un homme aurait il la suprématie sur un animal, sur la nature ?
Pauvre insensé qui ignore qu’il est manipulé par les médias en tous genres ! Qu’il est un mouton ! Influencé par telle ou telle publicité !
On le formate ! On lui dit quoi manger, quoi boire, ce qu’il doit penser sur tel ou tel sujet… Et lui, pauvre niais suit la consigne !
On lui ment du matin au soir, que ce soit les politiques, les médias d’information, les publicitaires… Et lui croit tout ce qu’on lui dit cœur sur la main, sans même prendre le temps de vérifier par lui-même !
Les magazines, télé ou papier, une multitude de forums d’internet regorgent de conseilleurs. Sur tout ! Comment manger et quoi, comment se maquiller, s’habiller, penser… Comment se soigner (internet regorge de médecins sans diplôme).
Aux journaux télévisés, on vous dit qui est le gentil, qui est le méchant ! Qui méritent de vivre et qui ne le méritent pas ! Qui mérite d’aller en prison et qui ne le mérite pas ! Et qu’importe si le voleur de pomme est bien davantage condamné que celui qui a détourné 20 millions d’Euros à une population de prolétaires !
Qu’importent si 795 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, soit 1 personne sur 9, sur 7,5 milliards d'habitants Qu'importe si la grande majorité vit dans l’opulence et le gâchis !
Qui sommes-nous pour partager les richesses que notre naissance, dans un pays, un continent nous a accordées ?
Pourtant, de la nourriture, de l’eau, il y en a assez pour tous les citoyens de la terre ! Mais non, pas question de partager de façon équitable ! Ces richesses sont à nous ! Ceux qui meurent de malnutrition, de soif n’avaient qu’à naitre en Occident ! Tant pis pour eux !

Comment voulez-vous, dès lors, et en tant qu’humaniste, citoyen du monde, libre-penseur, je puisse aimer l’humain ?
Je sais, je sais, beaucoup penseront que je suis utopique, idéaliste. Oui, c’est vrai, et j’en suis conscient ! Mais réaliste aussi, justement. C’est ainsi depuis la nuit des temps, et ça ne fait que s’accentuer au fil des années, des siècles qui passent. Et voila pourquoi je ne crois pas au genre humain. Je ne crois pas en l’homme, ne lui accordant aucune confiance pour l’avenir !


N’en déduisez pas pour autant que je sois un homme désespéré ! J’aime la vie, je l’adore ! Mais, si j’ai quelques sujets d’inquiétudes, c’est plus à propos des jeunes, des enfants d’aujourd’hui que pour ma propre existence.
À moi, il me reste quoi  ? 20 ans, peut-être 30 ans à vivre, si j’ai de la chance… Alors le principal de ma vie est derrière moi ! Que je profite ou non, ce n’est pas moi qui vais changer le monde ! Et il ne changera que dans le pire. Le meilleur est derrière nous !
Je vis oui ! Je profite de chaque instant qu’il me reste. Certainement pas à perdre ce temps précieux à polémiquer sur des calembredaines concernant l’origine raciale, sociale, religieuse ou politique de mes contemporains !
Si mon voisin est plus riche, plus beau, plus cultivé, plus célèbre, plus puissant que moi, grand bien lui fasse ! Je sais qui je suis, ce que je suis, d’où je viens ! Ce que je sais aussi, avec certitude, c’est que ni moi, ni mes contemporains, quelque soient leurs positions ou leur origine, raciale, sociale, religieuse ou politique, aucun n’en sortira vivant !

 

Claude Cotard©2018

©Tous droits réservés. Toute reproduction ou utilisation sous toutes ses formes en tout ou en partie de ce document est strictement interdite sans l'autorisation des auteurs.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

Liliane Bourgeois
  • 1. Liliane Bourgeois | 14/03/2018
J'aime ta plume qui écorche l'Homme et sa cruauté, sa VANITÉ.....car ton regard plonge au plus profond de la laideur humaine.
Bien vite te lire, Claude .
Auvertunekb
  • 2. Auvertunekb | 14/03/2018
Voilà qui donne le ton et envies de vous lire. Tant de vérités, je n'ose imaginer la suite.Ce que beaucoup pensent tout bas, mais préfère faire l'autruche. Cela dit, il y a heureusement encore des humanistes et des hommes bien. Mais il est vrai qu'ils sont de plus en plus rares. Utopiste ? Rêveur ? Certainement, mais sans illusions non plus.Merci Monsieur. J'ai hâte de sa sortie.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×