Mémoire d'un voyou

 

Mémoire d'un voyou.

 

Les prisons sont faites de larmes qu'ont versées depuis la nuit des
temps ceux qui croyaient avoir choisi le chemin de la facilité.

Ainsi, les Drattocci vont connaître l'enfer de la mine au début du 20e siècle, avant de trouver plus facile de prendre des raccourcis pour survivre.Ils vont connaîtrent les grandes figures du milieu,la guerre,les camps de concentration, la résistance, les coups de main, et de nouveau les braquages, avant de se refaire une virginité, à l'aube du 21e siècle.

Les mémoires d'un voyou, C'est les souvenirs de Claudio Drattocci.
C'est une histoire de voyou sur trois générations, de 1901 à 2009.
C'est la traversée des époques, du gangstérisme, de la guerre, de la
vie.

Ce n'est pas une histoire de bandits d'honneur, de voyous pleins de
panache, de Robin des bois. Ça n'existe pas dans le milieu !

Disponible à la vente en cliquant sur la couverture.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Claude Cotard
  • 1. Claude Cotard | 17/01/2011

Voici la " critique de Dominique Chevalier, que je remercie de tout coeur.

Mémoire d'un voyou
De Claude COTARD

« Deux jeunes galibots formés par un raccommodeux furent pris d'un coup de grisou dans une bowette. Béguins en toile et lampes portatives à benzine volèrent dans le souffle d'une explosion assourdissante. Grâce au porion et son boutefeu, nos galibots furent sauvés. Ce fut le 25 février 1922, jour où une tête tomba, celle de Landru »

Claude est un puits de connaissance et à travers l’odyssée des Dratocci, nous livre à cœur ouvert des évènements historiques passionnants. L’affaite Stavisky, lequel s’est suicidé le 8 janvier 1934 d’une balle à bout portant tirée à 3 mètres de lui… » On savait qu’il avait le bras long, mais à ce point… (Canard enchaîné)

Découverte de la Cagoule mouvement issu du PNR Parti National Révolutionnaire décembre 1935. Petite leçon d’économie et rappel historique de la situation en 1936 avec les avancées sociales et les congés payés. Les années BLUM, petite piqûre de rappel de qui était le personnage.

L’épopée des Dratocci à travers l’histoire de France « Il était une fois les Dratocci »

Nous continuons sur le maréchal Pétain et les deux guerres mondiales. La remarquable performance de Jean Moulin en 41-42 qui unifia les différents mouvements de Résistance.

France captive + France libre = France combattante en 1942. Claude nous conte l’Histoire de la résistance depuis son état embryonnaire jusqu’à son état fonctionnel avec la fusion des résistants dans les deux zones libre et occupée de la France.

Puis un balayage résume l’atrocité des camps de concentration en particulier le camp de MAUTHAUSEN.

A ce moment de ma lecture, je me surprends à aimer les Dratocci à travers l’histoire de France. La grande odyssée d’une dynastie, ou quand l’imaginaire côtoie le réel.

Une histoire dans l’histoire avec l’évasion du camp de MAUTHAUSEN rocambolesque épisode qui fleure bon « La Vache et le Prisonnier » avec Fernandel. La solidarité alsacienne est exceptionnelle et rend toute la dimension du mot Fraternité. Puis vint la Libération et la reprise des braquages. Nous suivons toujours cette trame historique qui est notre fil rouge, la corde virtuelle qui nous lie avec la famille Dratocci jusqu’au 21e siècle. Héros, justiciers, gangsters sont les facettes de cette dynastie.

Mais il ne faut pas se tromper un mauvais garçon n’est pas un héros.

Je terminerais avec une citation de Jacques MESRINE que Claude nous propose en fin de roman :

« Je ne suis pas, surtout pas un héros et j’espère être l’idole d’un gamin. Ce sont les médias qui m’ont fabriqué cette image, mais je n’ai rien d’un héros. Est-ce que j’ai une gueule à ressembler à Robin des bois ? »

Le 16 janvier 2011 – Dominique CHEVALIER

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×