La DDASS

L'Assistance Publique et "plus pudiquement aujourd'hui" la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) devrait jouer un rôle très important pour les gosses qui sont seuls, sans parents, sans repères en un mot "oubliés" de notre société.

Je parlerai d'un cas d'école plus en détail, j'en suis, et l'époque est différente de celle d'aujourd'hui, mais dans le fond, l'avenir réservé à ces gamins "oubliés de notre société" et marqués durement par le sort, qu'en est-il ?

Je crois qu'un petit retour en arrière est nécessaire …

Un enfant à besoin avant tout d'affection, d'amour filial, et d'une éducation saine et équilibrée.

Dès lors qu'il n'a plus ses atouts pour se développer, alors tout peut lui arriver, et malheureusement, souvent, cela lui arrive.

Il y a longtemps maintenant, "Pupille de la nation" comme on le disait si bien, mais en réalité "pauvre gamin de la rue", "bâtard", j'ai vécu cette jeunesse que pas un seul gamin ne devrait connaître.

Alors, les conditions dans lesquelles nombre de gosses ont été élevés restent à mettre à jour, non pour "la maison" ou ils ont été placés, mais pour l'institution elle-même, la DDASS ou Assistance Publique, peu importe les noms.

Cette administration froide, dépourvue de toute humanité a t-elle su un jour comment grandissaient les gamins placés sous sa férule ?

S'est-elle souciée un instant des conditions de vie de ces gosses ? De leurs besoins légitimes ? De la nécessité de leur assurer autre chose qu'un lit dans un dortoir et une gamelle de soupe ?

S'est-elle souciée de savoir si un gosse à ce dont il a besoin pour se donner toutes les chances de grandir et de s'épanouir dans des conditions de sécurité et de bien-être minimum ?

S'est-elle demandée si un trousseau de linge délivré tous les deux ou trois ans étaient suffisants pour donner à un gamin l'envie de grandir avec aussi de la joie, de l'éducation et une instruction nécessaire à son épanouissement futur ?

(Je reparlerai des bienfaits de cette administration ou plutôt institution avec ses distributions généreuses de trousseaux de vêtements).

Il faut voir les choses lucidement, et parfois, contre l'avis de mon équipière sans doute, il faut regarder dans le rétroviseur pour pouvoir comparer ce qu'était cette institution et ce qu'elle est aujourd'hui.

J'ai vécu, ballotté de nourrice en nourrice sans la moindre compassion humaine, ni pour le gosse que j'étais ni pour les nourrices qui m'ont accueilli pendant 3 années.

Placé ensuite dans une "maison", à la campagne, une fondation dirigée par un prêtre, sous tutelle de l'Assistance Publique, 12 années, avec leurs cortèges de douleurs, de discipline quasi-militaire, de peur, mais aussi, quelques fois de joies, moments si rares qu'on les oublie plus vite que les autres.

Evidemment, il faut bien comprendre qu'un enfant, très jeune, retiré à une famille déchirée, a besoin plus qu'un autre de sentir autour de lui affection, tendresse, attention et soins.

Il se trouve que les conditions de placements tels qu'ils étaient pratiqués ne permettaient pas un tel environnement favorable pour un gamin perdu, hors de toute cellule familiale équilibrée.

On pourra toujours dire qu'il vaut mieux un enfant placé (même mal) qu'un enfant malheureux dans sa famille, je réserve ma réflexion à ce sujet pour plus tard, car il y a long à dire, mais en attendant, le gamin trinque et sous de nombreux aspects, le remède est pire que le mal.

Alors que peut-on dire de cet univers clos ou vit un gamin de l'Assistance publique, (de la DDASS si vous préférez) ?

Avant, (à mon époque) le régime de ces orphelinats ou foyers est un régime disciplinaire, confiscatoire sur les valeurs les plus humaines de l'enfant.

Il n'est plus un être humain, mais un numéro, "pour moi le 22", et tout s'articule autour de ce système carcéral, car c'est le mot qui convient, oh ! Bien sur, pas de cellule à deux ou trois, mais un dortoir de 54 lits, un réfectoire ou il est interdit de parler, et le marcher au sifflet et à la baguette.

Alors comment se passait en général une "bonne journée et une bonne nuit" dans ces institutions, je vais essayer de vous la décrire pour mon cas, sous ses dehors les plus beaux, c'est à dire sans violence verbale ou physique, ensuite je vous raconterai les autres journées ou les nuits violentes, verbalement, physiquement, cela fera l'objet d'un autre article

"Une journée ordinaire" en hiver pour un gamin de 8 ans (cette année fut pour moi importante).

Cela fait 3 ans que je suis là, il est 6 heures, la cloche sonne, alors je me lève, seulement vêtu d'une longue chemise de nuit blanche, et pieds nus, je me mets debout au pied du lit.

Dès que le dernier de mes camarades à pris la même place que la mienne, il faut réciter la prière du matin.

La température est basse, car les feux ne sont pas activés, pas encore, le charbon est rare et coûte cher à peine dix ans après la fin de la guerre.

Après la prière, direction le lavabo, et la douche, le lavabo obligatoire, eau froide, la douche aussi, mais seulement pour ceux qui font "pipi" au lit, eau froide bien sur !

Au coup de sifflet, chacun doit avoir terminer et sa toilette et fait son lit, alors de nouveau debout au pied du lit, pour une inspection de la propreté, les oreilles, le cou, il en va de même tous les jours.

Lorsque cette inspection est terminée, direction le réfectoire pour le petit déjeuner, tout se fait en silence, défense de parler, avant de boire le bol de lait chaud, il faut réciter la prière, après le petit déjeuner, il faut de nouveau réciter la prière, puis toujours en silence, chacun va accomplir sa corvée de la semaine, pour moi cette semaine là, c'est la corvée de cirage de chaussures, 54 paires de chaussures à cirer, nous sommes deux.

Pour d'autres, c'est le parquet du dortoir, pendant une semaine, passer la paille de fer, et l'encaustique, faire briller.

Pour d'autres, ce sera soit le réfectoire, soit s'occuper des animaux (vaches, cochons, lapins, volailles etc..)

ou encore corvée de balayage de la cours et des abords, préau et dépendances, ramassage des feuilles dans le parc, nettoyer la chaudière et la débarrasser du mâchefers, détritus de charbon consumé qui coupent les mains, écorchent les genoux, car nous ne connaissons pas les pantalons, ni les gants etc..

Ensuite, ce sera l'heure de préparer son cartable pour aller à l'école communale, à 1 km et au coup de cloche, chacun devra être en rang, par trois avec son sac, et sa cape sur les épaules, chacun prendra une bûche de bois pour alimenter le poêle de sa classe à l'école, et en route, sans parler dans les rangs, la première sortie de la journée hors de l'enceinte du "foyer".

A midi, retour en rang par trois, en silence, et arrivés au "foyer", avant de déjeuner, la corvée d'épluchure de pomme de terre pour la soupe et le repas du lendemain midi, il en va ainsi tous les jours.

Puis la cloche sonne, et direction en rang pour le réfectoire, la prière avant le déjeuner, le repas se déroule en silence, et chacun à tour de rôle assure la lecture pendant que les camarades prennent leur repas, le lecteur déjeune après, j'aime beaucoup quand c'est mon tour, car la nourriture est plus copieuse, car le repas est pris dans la vaste cuisine, et la cuisinière gâte toujours un peu le gamin qui déjeune seul.

Pendant ce temps, la corvée de réfectoire s'active après avoir réciter la prière de fin de repas bien sûr.

Les autres vont à l'étude si le temps est trop mauvais, sinon on va en récré dans la cour, et là on peut parler, jouer au ballon ou simplement tourner dans la cour en parlant.

De nouveau la cloche retentit, préparation pour l'école, et le même scénario se reproduit.

De retour de l'école le soir, dépose des capes sous le préau, puis la cloche retentit pour le goûter, et l'hiver nous sommes gâtés, une grande tranche de pain avec dessus du saindoux et un peu de sel, ça réchauffe les corps il paraît, mais en tout cas c'est bon.

Ensuite, la cloche retentit de nouveau, et rassemblement pour entrer dans la salle d'étude, et c'est ainsi jusqu'au repas du soir, apprendre les leçons, faire les devoirs, toujours en silence évidemment, de temps en temps le surveillant prend un gamin au hasard, et lui fait réciter les leçons, gare aux coups de règles si la leçon n'est pas bien apprise.

A la cloche, on range tout, puis rassemblement pour le réfectoire, de nouveau le même cérémonial que le midi, avec prière avant et prière après, puis de nouveau une heure d'étude pendant que la corvée de réfectoire s'active, puis..

C'est l'heure de se rassembler pour aller au dortoir, sans parler, dans le silence le plus grand, vêtements pliés sur le tabouret posé au pied du lit, en chemise de nuit, pieds nus, nous récitons la prière du soir pour remercier le seigneur de cette magnifique journée, oui, belle journée, car je n'ai pas eu de punition, je suis simplement passé inaperçu, je comprendrai vite qu'il faut être "transparent" pour ne pas être inquiéter, ni par les surveillants, ni par les grands, mais j'en parlerai plus tard, car la lumière s'éteint, il est 21 heures.

La journée de demain sera t-elle aussi bonne ? Pas sûr, et j'en parlerai dans un prochain article.

Henry SENE

26 votes. Moyenne 3.85 sur 5.

Commentaires (30)

hélène
  • 1. hélène | 20/11/2016

Bonsoir, je viens de découvrir par hasard ce site et je suis ravie de voir que quelque chose est dédié aux gens comme nous, mais qui le sait? Je n'oublie pas mon abandon a l'âge de 5 ans et le silence de l'adass sur les maltraitances. Il est vrai que payer des "parents nourriciers" pour maltraiter des enfants, ça ne s'ébruite pas!!. Et il y aurait plein de choses a dire, mais pour l'instant je ne connais pas le site, alors je m'arrête la pour aujourd'hui. Amitiés

Kinstlay
  • 2. Kinstlay | 05/02/2015

Bonjour à tous, J'ai 27 ans aujourd'hui et j'ai été placé à la Ddass puis l'ASE depuis mes 7 ans jusqu'à mes 17 ans .
Je me retrouves dans les propos de chacun d'entre vous, j'en souffre encore aujourd'hui, c'est une cicatrice invisible, elle sera toujours là et personne ne peut vraiment comprendre ce que chacun d'entre nous à vécu . J'ai été placé uniquement en foyers, ma mère psychologiquement instable, mon père violent et alcoolique mais vous savez quoi ? Malgré tout ce qu'ils m'ont fait subir le foyer a été au delà .Les violences des éducateurs, les attouchements de certains, les punitions sadiques, j'ai vécu l'enfer pendant des années ... J'avais tout pour réussir, j’étais surdoué, je savais déjà lire à l'age de 3 ans, car avoir vu le mal à l’état pur m'a fait grandir beaucoup trop vite .

J’écris actuellement un livre pour faire part de mon histoire et je cherches un titre, si vous avez des idées, n'hesitez pas .

soleilbleu

Bjr, à toutes et tous,
Je suis arrivé dans ce monde avec la tuberculose, dés la naissance. Sanatorium de Cuers (83) pendant prés de deux années, puis placé en famille d'accueil, jusqu'à mes 14 ans.
Une enfant annonciatrice d'une vie chaotique. Ma chance celle d'avoir été placé dans une famille d'accueil à la campagne, des gens adorables, âgés mais seul avec moi-même.
Mon bonheur celui d'avoir été choisi et aimé par une fillette plus âgé que mois de 14 mois, qui à fait naître en mois un sentiment inconnu, connu sous le nom de l'amour, un amour d'enfance inoubliable. Sur mes soixante dix printemps qui sonnent à l'horloge du temps, cet amour est toujours aussi présent, la patine du temps la renforçait le rendant temporel et intemporel, indestructible.
Le déshérité de l'amour que sont les enfants de personnes, souvent ils sont montrés du doigt, considéré comme les enfants de la honte, persécutés, insultés, du fait de leur différence avec cette image qui leur colle à la peau, celui d'être considérés comme des voyous, des bagarreurs, des pestiférés etc. Lorsque certains ont la chance d'être choisi par l'amour c'est une porte du paradis qui s'ouvre à eux, certains prennent cette mains qui vient vers eux, d'autres pas ?
En ce qui me concerne, j'ai pris cette main tendu vers moi, cette fillette était à mes yeux d'une beauté angélique, la plus belle du village, je n'aurais jamais osé lever les yeux vers cette créature de rêve, la distance qui nous séparée était comparable au vers de terre dans la boue du ruisseau amoureux d'une étoile.
C'est cette étoile, cet ange de l'Amour qui ma reconstruit, donné confiance en moi et à fait de moi ce que je suis aujourd'hui un homme qui à rejoint ceux qui servent le bien, qui avance dans la vie pour un monde meilleur.
Lorsqu'un jour cette merveilleuse institution, la DDASS, ma retiré de ma campagne, de mon amour, sans préavis, brutalement, sans pouvoir dire au revoir et surtout sans espoir de retour. Dans les années soixante, la DDASS interdisait tout regard dans le passé, avec interdiction à la nouvelle famille d'accueil de nous accompagner dans nos anciennes familles d'accueil. La porte se fermait derrière nous es ce définitivement.
Lorsque j'étais militaire, libre de mes mouvements, tout en étant pas majeur, puisque l'a majorité était à vingt et un an, ou nous étions considérés comme des adultes et responsables de nos actes. Je suis retourné dans ce beau village pour revoir cette ange d'amour, hélas elle était parti sur ses 16 ans, emporté par un cancer foudroyant. Le choc fut terrible, je venais juste de recevoir mon brevet de parachutiste militaire, la vie n'ayant plus de sens j'ai été affecté dans l'intendance chez les commandos de marine ou j'ai été volontaire pour tous les entraînements militaires pourvu que cela soit dangereux.
C'est une nouvelle administration qui m'a formé à devenir ce que je suis aujourd'hui un chef d'entreprises et une vie active notamment dans les associations, Rotary International ou la devise est SERVIR DABOR, une association qui œuvre pour la paix entre les peuples, avec à son actif, l'éradication de la polio dans le monde. En 2012, le RI se mobilise pour apporter l'eau potable sur l'ensemble de la planète.
J'aurais pu à la croisé de mon existence, à la sortie de l'adolescence, prendre comme certains, un chemin bien différent, celui que j'ai pris par amour, guidé par cette âme de lumière, mon Bétou d'Amour, ma permis d'être sur les boulevards de la réussite et d'aller de succès en succès.
Pour mieux me connaître, je vous invite à venir vous promener sur mon blog : http://www.toutbox.fr/Soleilbleu
Bonne chance à vous mes amis, que la sérénité vous accompagne est soit votre ambassadrice à chaque seconde ici bas, n'oubliez pas qu'elles nous sont comptées alors profitez du moment présent comme si c'était le dernier, viendra un jour ou vous aurez raison.

Gouasdon joel
  • 4. Gouasdon joel | 07/10/2014

Pour ma part, de la DDASS je ne retient que des mensonges qui bouleversent encore aujourd'hui ma vie. Vous dire pendant des années que votre mere est morte et vous annoncer un jour qu'en faite elle est vivante et qu'elle veut te voir....c'est un choc terrible. Vous dire aussi que dans les 3 premières annees de votre vie j'étais placé dans une famille qui ne s'occupait pas assez bien de moi....et qu'en fait le s'occupait pas bien de moi j'ai appris il y a quelques semaines que c'était etre enfermé dans un placard. Un choc terrible. Je souffre d'angoisses hypocondriaques et je comprend mieux aujourd'hui où en sont les racines..j'ai eu la chance de vivre apres mes 3 ans chez une personne extraordinaire qui m'a reconstruit et donner de l'amour. Elle m'a sauvé d'une vie malheureuse annoncée. J'ai 54 ans et je me bats pour ne plus subir ces chocs du passé, psy, thérapie...et je suis en passe de gagner ce combat, le combat d'un oubli nécessaire pour vivre normalement ou tout au moins s'en persuader tous les jours.

anais
  • 5. anais | 26/09/2014

bonjour jai 14 ans et je suis placer depuis mes 8 ans . je suis rester 5ans en foyer et 3 en famille daccueil . ma mere etant droguer et mon pere me violais . mercredi on ma changer de famille daccueil comme un chien javais que 1h pour faire mes valise et partir chez des inconnu . certain educateurous prenne pour des chien or qje comme certains cas comme le mien ce nes pas de ma faute si je suis placer . les educateur nous font passer pour des horrible enfant alors que il nous manipule nous donne confiance en eu pour ensuite tout repeter . voila la ddass quoi ces du foutage de gueule .

gaby

pour ma part, j ai ete placé en 1975 jusqu'en 1990....d apres certains posts,ca été une chance pour certains,une punition ou un desastre pour d autres....en ce qui me concerne,j en paye encore les frais....certes....vous etes éduqué,on fait des études,du sport etc....mais....je crois pas que cela suffit pour bien grandir.....j ai 42 ans et j'ai mal encore de la violence de certains éducateurs,de leur coté tordu,de leur manque de pédagogie....la pédagogie est la qualitée premiere pour faire ce métier....mais a cet époque,c 'etait pas le cas....violence,abus sexuels et j en passe....on nous sépare de parents incapable de s occuper de leurs enfants et on nous mets entre les mains d'éducateurs qui ne valent pas mieux....je parles heureusement pas pour tous....mais trop rare....je sais qu aujourd hui,c est tres surveillé.....tout ceci n existe quasiment plus....mais a mon époque,violence physique,psychologique et j en passe.....punitions perverses.....en ce qui me concerne,je me sents détruit et je me bats tous les jours pour rester ....vivant....chaque jour je me trouve une raison pour rester en vie....voila la ddass....désolé pour la duretée de mes propos mais tellement et malheureusement vrai....a notre époque,etre de la ddass,c etait une honte....des moins que rien....et tellement imcompris aujourd' hui..voila ...merci de m avoir lu....

claudecotard
  • 7. claudecotard (site web) | 31/03/2014

Bonjour,

Sans aucun soucis...

Cordialement

Claude Cotard

claudecotard
  • 8. claudecotard (site web) | 31/03/2014

Bonjour,

Sans aucun soucis...

Cordialement

Claude Cotard

Marine
  • 9. Marine | 30/03/2014

Bonjour,

Je suis étudiante en master 1 de Psychologie Clinique et Psychopathologie à Aix-en-Provence.

Je fais une recherche sur la relation qu'entretenaient les enfants placés avec leurs parents d'origine pendant leur placement. C'est à dire, est-ce que cela a modifié leur relation ? Comment se passait le placement de la personne ? Tout cela dans le but de pouvoir étudier l'impact des placements sur la vie des personnes et également de mettre à profit mes résultats pour essayer de prendre au mieux soins de ces enfants placés, en essayant de prendre en compte l'intérêt des visites médiatisées, pour garantir un lien (ou non selon les cas) avec les familles d'origine.Vos témoignages m'intéressent. En effet, j'aimerais savoir si vous accepteriez de répondre à quelques questions sur le sujet ?

Bien évidemment les données récoltées seront strictement confidentielles.

En effet, aucun nom, ni aucune commune ne sera citer dans ce travail.

Je fais actuellement mon stage à l'Aide Sociale à l'Enfance et je suis très touchée de la question de ces enfants en devenir.

Je vous remercie d'avance pour votre confiance,

Cordialement

claudecotard
  • 10. claudecotard (site web) | 08/06/2013

Merci Michel. J'ai mis un lien pour la FNADEPAPE sur mon site, dans les liens.

Cordialement.
Claude

Pochat Michel
  • 11. Pochat Michel | 07/06/2013

Dans les années 50 un article de Constellation (le Paris Match de l'époque !) disait que les anciens de l’Assistance Publique tournaient obligatoirement mal! Les garçons devenaient des voyous, les filles devenaient des femmes de mauvaises vie. Certains d'entre nous révoltés par cet écrit ont créé une fédération nationale des anciens pupilles de l'Etat pour répondre à ces dires. Actuellement les accueillis en protection de l'enfance sont toujours défendus, car une loi qu'ils arrachés alors, reconnait ce statut. Dans certains départements dont le mien ceux qui quittent à leur majorité les services de l'ASE peuvent poursuivre les études ou projets d'insertion commencés grâce à l'Association des anciens devenue ADEPAPE. Toutes les ADEPAPE sont gérées par des anciens accueillis, elles comptes près de 50 000 adhérents, elles sont la preuve que malgré leur passé les enfants de la DASS sont touts aussi capable de s'élever que ceux qui ont un parcours "normal" ! Frappez FNADEPAPE dans votre moteur de recherche et vous en aurez l'historique ainsi le travail effectué pour le bénéfice de ceux qui sont passés par les différentes appellations

claudecotard
  • 12. claudecotard (site web) | 05/06/2013

Merci a vous Josiane. Ravi de savoir que nous n'avons pas tous et toutes mal tournés.
Cordialement.
Claude

Josiane
  • 13. Josiane | 04/06/2013

Bonjour !
je me retrouve complètement dans votre hsitoire... placée en 1959 ( nous étions 4 frère et soeurs) et bien entendu placés dans plusieurs familles différentes ... pourquoi faire simple et bien ???? pas d'amour... pas de tendresse.... nous étions dans "ma famille" 15 enfants de la DDASS !!!! donc un rapport financier conséquent !!! mais je m'en suis sortie quand même.... j'ai fait de "grandes" études grace à la DDASS ce que je n'aurais pas fait chez mes "parents" .... j'ai "juste" manqué d' AMOUR !!! les passages à "la véture" 2 fois par an m'ont marquée : capes noires et godillots dont parle JJ DEBOUT dans sa chanson "les boutons dorés" est tout à fait représentative !!! se construire sans tendresse demande un peu plus dans notre volonté de "réussir" et de s'en sortir .... c'est si facile de se laisser couler ......... Merci à vous pour ce site

merten

bonjour,
Je me suis retrouvée dans votre écrit, hélas il y en a eu tellement,mais je voulais vous poser une question, j'ai été placée dans des familles depuis l'age de huit ans pour servire de bonne à tout faire dans les années 60 cela veut dire laver les draps à la main les rincer à la pompe dehors hiver comme été et menage repassage toutes les charges dans une maison aujourd'hui j'ai 56 ans je voulais savoir pour nous enfant de la dass comment se comte notre retraite car quand je fait le calcul j'ai travaillé plus de 10 ans pour elle (la mère macrelle de la france) je lui en veut tellement que je n'arrive pas à oublier. Merci d'avance pour votre réponse. Cordialement

wilmann
  • 15. wilmann | 07/10/2012

bonjour j'ai 31 ans et je suis un ancien enfant de la DDASS,j'étais en famille d'accueil à l'age de 4 ans.la vie n'étais pas facile,j'ai vu des enfants venir et et partir.J'ai couper les ponts par ce que mes parents étais alcooliques.

caroline Benitah
  • 16. caroline Benitah | 30/03/2012

je suis "assistante familiale" et suis très touchée par vos témoignages, je regrette que tant d'enfants aient eu à subir de telles conditions de vie pour grandir!!!!

seotons

Article vraiment sympa. J'ai trouvé ce blog sur Yahoo, et j'y ai trouvé mon bonheur. Continuez comme ça :).

Nikita
  • 18. Nikita | 11/10/2010

Bonjour,

J'ai été placée aussi, je n'ai que 20 ans, alors les conditions n'étaient pas les même, pas de prières, peut etre que c'était moins "militaire", mais la même absence d'amour, et la même obligation de se faire transparent, c'est une tache dans mon éxistance que j'essaie d'oublier, même si je sais que ce sera tout simplement impossible.

sylvie

Bonjour,
c'est vraiment une douleur le placement... S en sortir on y pense souvent tardivement un enfant a autre chose à penser...
J'ai été placé à l age de 7 ans et je me suis autopublié http://www.unibook.com/fr/Sylvie-AUFFRET/Mon-placement-%C3%A0-lASE

Des prieres je me souviens en avoir faites avant de me coucher etant jeune...
J souhaite bonne chance à tous les enfants en souffrance... en esperant qu il tombe sur une main, une etoile pour les aider
bises
sylvie

Solitude
  • 20. Solitude | 06/04/2010

Bonjour, je viens de lire vos mots !J'ai été touché car j'ai a present 38 ans et j'ai été placé en 74 dans une famille d'accueil, je venais d'un foyer de la Ddass . Cette famille ne pas pas aider a me construire , j'ai beaucoup souffert et subi des violences tant physique que psychologique. Devenu adulte j'ai l'impression d'avoir raté ma vie! Cette femme qui m'a élevée que j'appelle ''maman'', ne mérite absolument pas l'amour que je lui ai porté durant toute ses années. J'ai sombré très jeune dans l'alcool et eu une fille en étant encore moi meme adolescente a 16 ans. Pas besoin de dire que ce fut un désastre et pour elle et pour moi. Les placements a cette époque était une honte , j'ai su très jeune que je rapportais un salaire a cette femme , elle me le répétait tellement souvent pour ne pas le savoir... Ce placement m'a détruit, parce que ces gens n'étaient pas du tout fait pour accueillir des enfants orphelins. Mais en ce temps la.. c'était comme ca. Aujourd'hui j'ai décidé de couper les ponts avec cette femme qui ne comprend pas en plus , qui jamais n'a eu un mot gentil pour moi durant toutes ces années , qui m'a laissé seule dans ma vie de misère. A présent , voyant que je m éloigne me laisse des messages avec des je t aime ''ma fille". Mais cela arrive bien trop tard, tout le mal est fait ! Ce sont des parents toxiques, des relations toxiques qui ne m'ont rien apporter sinon en plus de culpabiliser alors que c est moi qui est subi toutes leur névroses et indifference et incapacité d'aimer. J'espere juste que pour les orphelins d'aujourd'hui , que les suivis soient fait par des gens compétents et non pas comme ceux dont on avait droit !ou de toute facon on avait rien le droit de dire. On n'avait pas le droit de parler de toute facon, on devait etre RECONNAISSANT !! ca oui!! je l'ai assé entendu ce mot et je le déteste !! Courage a tous et j'espère que tout ceux qui ont souffert la même chose ou qu'au moins beaucoup pourront ce construire malgré tout!! Moi j'ai décidé qu'ils n'auraient pas le dernier mot et que la reconnaissance ils peuvent la chercher ailleurs que chez moi, parce qu'ils n'auront plus rien de moi. J'ai bien assé payer et vous aussi !!!

Desliens

Bonjour, je suie tombé par hasard sur votre blog. Je recherchais une image pour illustrer un texte de chanson "Gosse de l'assistance" du livre que j'ai écrit "Une âme un livre", puisez au plus profond de mon âme . je suis Auteur/parolier et ce livre et le recueil de 268 textes de chansons dévoilant pour beaucoup, une vie mal menée, des faits et des évènements mais aussi et surtout la bêtise humaine sous toutes ses formes. Je voulais vous dire que j'ai été touché par votre texte, il me rappelle du vécu, la terrible jeunesse déchirée comme la grande partie de ces gosses de l'assistance publique... Trop peu ont eu la chance d'intégrer des nourices qui les considéraient comme leurs enfants avec l'amour qu'il en suit... Mon coeur à vibré en vous lisant... On à en commun cette jeunesse foutue, triste et amère renfermant votre coeur jusqu'a en devenir pierre...
Je souhaiterais que vous me contactiez pour en parler plus longuement et évoquer des souvenirs. pascal.desliens@neuf.fr
Amitiés

kumm
  • 22. kumm | 21/11/2009

bien des années se sont écoulées...mais le principe de plaements d.enfants reste le meme camouflé certe mais le meme jai mes 2 petits fils placé depuis 15 mois et je n.ai un droit de visite de 3h par mois... comment continuer a entretenir ces liens qui ns unissait je dénonce ce systeme souvent abusif

Claude Cotard
  • 23. Claude Cotard | 29/07/2009

Chère Chryss,

Je comprends parfaitement la situation.
Chacun vie ses blessures comme il le peut, et votre manière n'est pas celle de votre frère parce que vous n'êtes pas lui. De toute évidence, votre frère n'a pas trouvé la bonne manière de gérer cette souffrance et surtout ne sait pas l'exprimé autrement que comme il le fait, par la violence.
Cette colère qu'il fait reposer sur votre famille d'acceuil est fort probablement en réalité dirigée vers son père (violent et probablement responsable de vos blessures).
Il est probablement en révolte, ce qui le rend odieux.
De fil en aiguille, votre famille d'acceuil doit réagir à ses colères, sa façon d'être odieux, et plus ils réagissent, plus votre frère doit se révolter. C'est un cercle sans fin.
L'idéal serait pour lui de pouvoir être suivis par une personne compétente extérieure.
Quelqu'un qui l'aiderait à mettre des mots sur ses maux, ceux qu'il ne sait pas exprimer autrement que par la violence.

En ce qui vous concerne, il ne faut surtout pas culpabiliser ! Vous n'êtes pour rien dans cette situation, celle de votre enfance, celle des choix de votre second frère.
Chacun ses choix, chacun sa personnalité et sa perception de ce qui est le mieux pour soi-même.
Votre autre frère a décidé de revenir vers votre père, c'est son choix, c'est sa vie.
Mais sa vie, son choix ne sont pas votre vie, votre choix. Pourquoi vous forcer à fréquenter des gens qui ne vous apportent pas l'épanouissement ? Parce que c'est votre père ?
Notez qu'on ne choisit pas sa famille, mais on peut choisir la vie que l'on veut se faire, le chemin que l'on veut prendre pour son propre épanouissement. Dès lors, pourquoi vous forcer si ça ne vous apporte rien, et même le contraire .

C'est votre vie et vous n'en avez qu'une ! La vie est courte. Raison de plus pour rechercher tout ce qui contribuera à votre épanouissement, à ce qui fait votre bonheur, et à refouler, repousser tout ce qui vous avilie, toutes barrières à ce bonheur, au bien-être que vous méritez et auxquels vous aspirer.
Il faut savoir dire NON à un moment, fermer la porte du passé. Non pas l'oublier, c'est impossible, mais gérer et vivre avec pour ce qu'il est, un passé qui vous a donné une certaine expérience.

Pourquoi vous sentir coupable ? Votre père a fait ses choix et vous n'en êtes pas responsable.
Qui osera vous juger parce que vous ne voyez plus votre père n'a jamais été à votre place.
Je peux vous le dire pour avoir vécu la même chose avec ma propre mère que je ne vois plus depuis fort longtemps, parce qu'elle a fait des choix que ses enfants payent encore aujourd'hui.

chryss vous devez d'abord apprendre à vous écouter et à baser, conduire votre vie sur vos envies à vous, sur les envies de la vie que vous vous voulez vous construire, sur le chemin que vous voulez prendre.
Ça peut paraître égoïste, mais c'est une question de survie et, encore une fois, de vie, vous n'en avez qu'une et elle passe toujours trop vite ! Ne ratez pas des choses merveilleuses pour des remords qui de toute façon ne vous enrichiront jamais.

Quant à votre frère, vos frères, soyez-la, mais cessez de porter des fardeaux qui ne sont pas les vôtres. Ils sont grands et font leur choix, même si vous êtes frères et soeur, même si votre enfance similaire est un lien, pensez maintenant à peindre votre vie sur une toile neuve, votre toile ! N'essayez pas de peindre sur la toile des autres alors que la vôtre reste dans l'ombre.

En espérant avoir pu vous aider.

Cordialement

Claude Cotard.

Claude Cotard
  • 24. Claude Cotard | 29/07/2009

Bonjour Talib,

En fait, tout dépend des époques à laquelle on a été placé à la DDASS.
Dans mon cas et dans celui de ceux qui ont été placé dans les années 50/60, donc alors l'Assistance Publique, la gestion des enfants n'était pas du tout la même qu'aujourd'hui ou que dans les années 70/80. Ca, il faut bien le comprendre.
Elle était assez dur dans les années 50 et 60 (et avant), et les témoignages ne manquent pas, c'est pourquoi en plus de changer de nom, les structures et le système de gestion et d'éducation a bien changer. C'est une nuance à faire !

Les éducateurs (trices) de l'époque n'avaient pas les bonnes bases pédiatriques et surtout psychologiques de l'enfant, Françoise Dolto, Marie de Meyronne et bien d'autres n'avaient pas encore mis leur grain de sel dans l'éducation de l'enfant.

Monsieur Godot, alors directeur de l'Assistance Public de Paris faisait de son mieux, mais dans les familles d'acceuils on prenait encore beaucoup les enfants pour de la main d'oeuvre (aux champs) plus que par amour pour les enfants eux même.

Pour ne parler que de quelques témoignages qui dâtent de l'époque où moi j'y étais personnellement, il y a le livre de Jean-Luc Lahaye (sans famille), celui de Hervé Vilard (l'âme seule), pour ne citer que ceux là.

Alors je comprends et j'adhère volontier lorsque vous dîtes que, pour vous, à votre époque, les choses étaient très différentes, et c'est une excellente chose.
Effectivement, un enfant n'est jamais responsable de ce qui lui arrive, la personne defaillante c'est le parent lui-meme et non pas l'enfant, c'est tout a fait exact.

Cordialement, et encore beaucoup de joies et de bonheurs dans votre vie.

Claude Cotard

chryss
  • 25. chryss | 24/07/2009


bonjour,je suis placée depuis l'age de 3 ans j'en n'est aujourdui 23 dans une famille d'acceuil avec un de mes frere qui en n'a 22 g besoin de soutien car je ne c plus comment reagir avec celui ci (mon frere) qui est audieux et violent avec ma famille d'acceuil. ils se reposent sur moi mais moi je craque sans leur dire ni leur montrer car aussi non ils seraient plus quoi faire. j'essay de resonner mon frere en lui disant qu'il devien comme notre pere(violent) je sais pas si ca le fais reagir car lui ne veux plus les voir du tout alors que moi qui culpabilise pour mon autre frere qui lui a 28 ans a decider de retourner vivire chez mes parents a l'age de 16 ans (mauvais choix mais bon ...) je continu a les voir de tpm en tpm meme si j'ai grave pas envie mais je me force !!!
je voudrais avoir des temoignages de personnes comme moi et qui peuvent m'aider ou m'apporter des solutions pour mon frere qui est audieux et violent avec ma famille d'acceuil qui pourtant a toujours eté la pour nous et qui n'a jamais fais ca pour l'argent ou quoi que ce soit comme g pu lire ou meme voir de mes propres yeux dans differentes familles car mon frere et moi n'étions pas les seuls a etre placès ds cette famille ci (donc par rapport aux autres freres et soeurs des enfants qui etaient placès avec nous.
merci de me repondre car je ne sais vraiment plus quoi faire
Chryss .

talib
  • 26. talib | 16/03/2009

Bonjour,
Je viens de lire votre texte et j'ai l'impression de ne pas m'y reconnaitre du tout.
Je suis moi-meme une enfant de la ddass et je n'ai pas vecu du tout la meme chose.

Je m'explique, j'ai 36 ans et j'ai ete placé à l'age de 11 ans et pour moi, meme s'il y a eu dechirure avec ma famille, il valait mieux sinon c'était la mort assurée pour moi (sans tomber dans le mélo).

Heureusement pour moi qu'il y a eu cette structure ou j'ai pus déployé mes ailes afin de continuer à grandir sereinement.

Bien-sur j'ai eues mes difficultés comme tous les enfants qui ont eus le meme parcours atypique que moi,

J'ai vu mon placement comme une chance et non pas comme une punition,

alors, certes ce n'est pas la perfection, seulement c'est mieux que d'être jetée dehors par sa propre mère et ne pas savoir ou aller, vers qui se tourner,

encore merci à la ddass et surtout aux educateurs que j'ai pu rencontrés et qui m'ont chacun fait comprendre que le fait d'etre un enfant de la ddass n'était pas un handicap pour moi mais plutot une force,

que mes chances ne sont pas hypothéquées pour autant que je ne suis pas responsable de ce qui est arrivé et que la personne defaillante c'est le parent lui-meme et non pas cette petite fille que j'étais.


Pascal Lacourte
  • 27. Pascal Lacourte | 29/11/2008

Bonsoir,

Bravo pour votre texte. Je suis moi aussi enfant de "l'assistance publique" et j'ai malheureusement entendu de tout. Comme vous le dites, puissent ces choses ne jamais plus arriver. Merci, P.Lacourte Brest.

aurélie
  • 28. aurélie | 14/11/2008

Monsieur ,

j'ai lu attentivement votre récit , à en voir les images...
je me permet de vous envoyer ce message quelques peu interressé mais j'espère que vos ne le trouverez pas déplacer car ce n'est réellement pas le but.
je suis étudiante en sociologie et je prépare un mémoire sur les enfants ayant vécu à la ddass , je m'interresse à leurs parcours , leurs projets, leurs devenirs... si vous auriez quelques temps à me consacrer, ne serait ce qu'au travers peut etre d'un echange de mails afin de pouvoir vous posez quelques questions pour m'éclairer sur quelques questions je vous en serait infiniment reconnaissante.. bonne continuation

Cordialement

Petite Fée Véronique
  • 29. Petite Fée Véronique (site web) | 22/10/2008

Il y aurait beaucoup à dire, beaucoup à faire, trop sans doute pour changer tout ça ?
Peut-être pas ! Il suffirait juste d'une dose d'amour, en fait, pour tout faire changer ! Sauf que l'homme, trop souvent, a oublié la signification de ce mot...

Un enfant ça devrait toujours rire, le rire d'un enfant est si limpide, si beau...
Une larme d'enfant ne devrait arriver que parce qu'il est tombé en jouant...
L'enfance devrait être pour chacun de nous la plus douce et la plus belle partie de notre vie, car l'enfant est ce qu'il y a de plus beau en l'homme...

Tendresse pour toi, doux poète,
d'une petite fée...

Claude Cotard
  • 30. Claude Cotard | 22/10/2008

Hormis les prières, c'était tout à fait ça ...
Merci à Henry Sene pour tant de souvenirs que nous avons vécu, nous, les mômes de la DDASS;

Voir plus de commentaires

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×