Arrêtez !

Choose a translation language!

Arrêtez un peu s'il vous plaît !
Arrêtez vos conneries messieurs
Arrêtez un peu de gémir mesdames
Regardez un peu plus loin, au delà
Au delà de vos nombrils égocentriques
Cessez un peu de jouer les grands mâles
Cessez un peu de vous chamailler
Par orgueil, pour une femme, du foot
Pour savoir, lequel a la plus belle
La plus grande la plus grosse
Cessez un peu de courir dans le vent
A votre sainte vanité et après votre honneur
Cessez vos caprices d'enfants gâtées
Salons de beauté et cuisine fine
Danser rire et dépenser pour paraître
Stoppez un peu toutes vos sales guerres
Qui n'ont qu'un but, votre puant orgueil
Qui n'ont qu'un sens, votre vanité honteuse
Et un instant, juste un instant seulement
Faites silence, juste un moment, écoutez !
Un enfant pleure, un enfant crie, au loin
Il a faim, il a soif, l'entendez-vous ?
Regardez-le, juste mourir, fermer les yeux
Maintenant oui, maintenant vous pouvez
Retourner à vos querelles, à votre nombril.
 
Copyright © officiel Cotard Claude 2015
  • 2 votes. Moyenne 2.5 sur 5.

Commentaires

  • Johanne

    1 Johanne Le 30/10/2008

    Bravo! texte de vérité, qui décrit si bien la réalité de notre monde qui perd son humanité....un monde qui devient blasé du malheur des autres et ainsi perd le sens de la compassion et le sacré de la vie......réveillons-nous avant qu'il ne soit trop tard!
  • Angie

    2 Angie Le 23/05/2008

    Superbe et tellement plein de vérité!

    Je t'aimais beaucoup, mais maintenant je t'admire...

    Angie
  • hirondelle

    3 hirondelle Le 28/04/2008

    le monde est fait ainsi
    rien n'y changera mais l'homme peut le modifier
  • Petite Fée Véronique

    4 Petite Fée Véronique Le 19/03/2008

    Il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...

    Pour trop de gens, les pleurs d'un enfant, la vie d'un enfant, la souffrance d'un enfant... n'est rien au regard d'une poignée de billets... de la puissance... de la gloire...

    Le monde est dirigé par l'argent, Claude... je crains qu'il n'y ait nul espoir pour l'homme de voir au-delà de son nombril !!!

    Amicalement
    d'une petite fée...

Ajouter un commentaire

Anti-spam