La douche

Faire lamour sous la douche

Il est en sueur après ce long voyage pour rendre visite à son amie.
Le soleil est si fort, si chaud dans cette région de Provence.
Il à un peu honte, pour sa première visite, il arrive en sueur.
Il ne se montre pas sous son meilleurs jours.
Combien fait-il dehors ? 25, 29 ° ?

Elle sourit en le voyant déboucher le tee-shirt trempé.
Elle lui propose d’utiliser la salle de bain à l’étage pour une bonne
douche : la troisième porte à gauche sur le palier, précise-t-elle.
Le garçon étouffe un petit rire : il ne refuserait pas si elle proposait de l’aider à se doucher !

C’est une belle salle de bain ! Une grande baignoire ronde, un jacuzzi, dans l'angle.
Ce doit être agréable, ces bulles qui vous chatouillent… mais non, il n’aurait pas le temps d’y flemmarder.

Il accroche le sac contenant ses vêtements de rechange, se déshabille et pénètre dans la cabine de douche aux vastes proportions et aux portes transparentes.

Un soupir soulève ses épaules, il ne faut pas rêver, ses faibles moyens ne lui permettent pas de s’offrir ce luxe. Raison de plus pour en profiter chez son amie.
Il ouvre l’eau. Brrrr ! Il reçoit une violente giclée d’eau froide. Il détourne le pommeau le temps que le thermostat règle la température.
Ouf ! Cela va mieux. La douchette est en position massage. Il va la modifier quand un souvenir surgi du fond de sa mémoire interrompt son geste.
Tiens ! Pourquoi pas ? Il promène le jet sur son corps. La pression de l’eau gratte agréablement l’épiderme. Quelques centimètres plus bas, elle soulève les poils à la base du sexe.
Il se revoit adolescent dans une cabine semblable, non, plus petite…
La première fois où il a pris conscience du plaisir sexuel… Comme aujourd’hui, il promenait le jet sur son corps…
   
 — Alors, on s’amuse tout seul ?

Il détourne le jet, vexé de s’être laissé surprendre.
Elle est entrée dans la salle de bain sans qu’il s’en aperçoive et a eu le temps de voir par les portes transparentes de la cabine l’occupation du jeune homme.
Il s’en veut : pourquoi a-t-il oublié de fermer à clé ? Encore une maladresse en perspective !

Elle se déshabille sans hâte accrochant avec soin ses vêtements au portemanteau. Il la contemple immobile.
Le jet d’eau, toujours en position de massage, débite en pure perte contre la paroi de la douche.
Mais il ne bouge pas, cloué sur place. Une force plus puissante que sa volonté l’empêche de répondre, de réagir, et c’est sans surprise qu’il voit la jeune femme entrer dans la cabine et refermer la porte coulissante :

— Tu permets que je me douche avec toi ? Il y a de la place pour deux.


Ce n’est pas une question. Elle attrape la douchette, change le jet en pluie et la fixe sur son support. Elle tourne sous l’averse présentant toutes les parties de son corps. Il n’a pas fait un mouvement.

— Frotte mon dos s’il te plaît.

Le garçon sort de sa léthargie. Il s’enduit les mains de gel douche et les passe sur les omoplates de la jeune femme.

— Plus bas, s’il te plaît.

Il descend sur les reins mais n’ose aller plus loin que la naissance des fesses.

— Qu’est-ce que tu as ? T’as peur ? De quoi ? Allez ! Tourne-toi que je te montre.

Elle lui arrache le gel douche. Ses mains balaient le dos, les aisselles, les reins, le postérieur et le haut des cuisses.

Elles reviennent sur les fesses. Celles-ci, dodues, rondes,tendres.
Elle prend plaisir à les recouvrir de mousse, insistant sur la raie.
L'homme tremble sur ses jambes et s’agrippe au porte-savon pour ne pas tomber.
Ses doigts fins passant entre les jambes, enveloppent, se font doux, tendres.

Il sait qu’il ne devrait pas laisser la jeune femme agir à sa guise mais est incapable de l’en empêcher… Comme dans un rêve sous cette caresse délicieuse.
Ses bras plient, il se penche en avant, le front appuyé sur le carrelage de la cabine.
Toute honte bue, il se cambre, fesses proéminentes et jambes écartées, véritable invitation à la caresse.

Elle se pend à son cou et sent sa verge gonfler, se développer.
Elle se colle, appuie dessus, recherchant inconsciemment un contact étroit.
Ses mains à lui chatouillent les tétons de sa poitrine.
Elles glissent ses mains sur son ventre, farfouillent dans les poils à la recherche du sexe. qu'elle n'a aucun mal à trouver, surgissant de la mousse, fier et arrogant.

La gêne de laisser une femme diriger les opérations l’empêche de réagir,mais le plaisir qu’il éprouve est bien visible.
Il l’aime la caresse que la jeune femme lui prodigue !

Celle-ci, changeant de tactique, le badigeonne de gel.

Il se retourne interrogateur, veux s'activer aussi, mais elle l'interrompe.

— Ne bouge pas !

Oh ! Cette sensation quand elle le glisse en elle au rythme des coups de reins, d’une pression douce et onctueuse.
Ils gémissent, elle le griffe doucement au rythme du plaisir montant.
Puis soudain en même temps, le gémissement se transforme en râle.
Ils s'agrippent l'un à l'autre, se laissent aller au plaisir.

Elle le regarde, sourit.

— Ça surprend,c'est la première fois qu'une femme dirige hein ? Moi aussi, je ne suis pas aussi rapide d'habitude, je ne me reconnais pas, je me sens honteuse...
Elle ri

 -Bah ! Ce n’est pas grave, tu t’y feras vite.

Lui, il met plusieurs secondes à revenir sur terre, à descendre des sommets où l’a entraîné son amie, sa muse, sa bien-aimée.

Elle à déjà quitté la douche  et l'appelle dans le salon où elle sert à boire.

Rien de tel qu'une bonne douche après le sport pour casser la glace, il faut bien le reconnaître...

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (4)

J.
  • 1. J. | 14/01/2010
Oui, quand on est femme, qu'on se connaît bien et connait ses besoins, qu'on sait prendre son plaisir....on choisit nos occasions et quand on trouve l'homme pour nous satisfaire...alors on en profite et on prends les choses en main.....je suis de ces femmes maîtresse douce, sensuelle et langoureuses, passionnés....qu'il est bon de vivre ce que tu écris dans ce poème, je l'ai vécu et le vivrai encore......
Johanne
  • 2. Johanne | 20/06/2008
Bien d'accord avec toi....
Pour casser la glace...
Ça la casse en effet....
Le plaisir partagé c'est ça....un moment c'est lui qui dirige et un autre moment c'est elle.....
Succès assuré.....
Merci de raviver mes souvenirs par tes mots si chauds.....
Qui m'enveloppent et me ravis....
myriam
  • 3. myriam | 31/05/2008
[b][/b][i][/i]j'adore,quel talent,mymy
Petite Fée Véronique
  • 4. Petite Fée Véronique | 28/04/2008
Plutôt hard, mais sans aucun doute vivifiante comme douche !!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bisousssssssssssssssss

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×