Rêve d'une nuit


Sens
Ma main dans tes cheveux descend sur ta nuque. Tu frissonne.
En plus d'être bonne mère, bonne épouse, serais-tu polissonne ?
Tu joue ton regard malicieux, ton petit sourire me met en émoi.
Nos mains se frôlent, dessinent des caresses de satin, de soie.
Je regarde ton corps bouger, tes formes attirantes, tes hanches.
Une chaleur s'empare de moi. Lentement sur ta bouche, me penche.
Tes lèvres si fraîches et si gourmandes, attisent le feu en moi.
Ta peau de velours, si chaude collé contre la mienne me fais loi.
Tes mains expertes se font inquisiteurs et ta langue fouineuse.
Mon esprit s'égare et se trouble autant que mes mains amoureuses.
Les vêtements tombent, les corps s'emmêlent, jouent sensuellement.
Chaque millimètre de peau est frôlé, caressé, le tout tendrement.
Nous jouons, explorons, goûtons ces plaisirs intense et charnel.
Car sous mes gestes lents, indécents, libertins, tu es si belle.
Et du creux de ta nuque au creux de tes reins, je n'aime que toi.
De ton cou à tes seins et toujours descendant, j'ai envie de toi.
J'aime quand tu te transforme et deviens une divine allumeuse.
Je frisonne quand tu la joue sensualité débordante, charmeuse.
Et quand tu fais de moi un objet et celui de ton plaisir même.
Alors je fonds, deviens l'esclave soumis, offert à celle que j'aime.

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Commentaires (6)

Calypsia
  • 1. Calypsia | 07/04/2010

A toi, romancier à la plume légère, au regard enjôleur,aux mots parfumés, aux récits aventureux, assis derrière ton ordinateur.
A l’abri des regards indiscret, tu lâches ton imagination.
Et parfois, trop rarement, sans peur de choquer, tu braves tous les tabous offrant des poèmes au contenu érotique,Portant le trouble à celles qui n’ont que les rêves pour assouvir les fantasmes les plus chimériques.
Toi l'écrivain dont je fais l'amant, virtuel, moi qui garderais le secret de mes pensées intimes à travers tes écrits sybarite,chaque fois que je te croise.
Moi qui m'adonne aux plaisirs de l’amour secret en parcourant tes mots magiques, tes situations sensuelles qui me font frissonner de plaisir. Plaisirs solitaires qui mets mon corps en feu.
Bien convenable dans la réalité,simple amie dans le quotidien, comment saurai-tu que dès que la nuit tombe, lorsque mon lit froid m'acceuille, me viens à l'esprit tes poèmes érotiques, se mêlant à mes propres fantasmes.
Alors,j'ai envie de toi, que tu ai envie de moi, de te délivrer de doux baisers dans le cou,que tu me caresse partout,que tu prennes en bouche mes doigts.
Et quand je prends ma douche, moment serein de méditation, j'ai envie de sentir passer ta bouche sur mes seins,de caresser tes fesses de mes mains,c'est ta langue que je veux sentir,sentir tes lèvres me parcourir.
Pourtant ce ne sont que quelques poèmes, mais quand je les relis pour la énième fois, ou quand je me les remémore, j'ai envie de retirer tes vetements,J'ai envie de t'admirer nu un moment,de lècher tendrement tes chaudes lèvres.
Ne t'étonne pas si, te croisant dans la rue, chez des ami-es communs, il m'arrive de rougir.
Comment pourrais-tu savoir que quand je me retrouve seule, j'ai envie qu'on se retrouve en duo, que l'on se donne tout entier. Et sous mes caresses,t'entendre respirer,gémir,me dire que tu as envie de moi,me faire sentir que tu m'appartiens.
j'ai envie de poser ma tête sur toi et laisser mes mains glisser en imaginant que tu le fais sur moi.
Oh comme j'aimerai plonger mes yeux dans les tiens,allumer une flamme et y lire le désir que je t'inspire.
Laisser venir ma bouche sur la tienne, offerte,dévorante, dans le jeu de nos langues, affamées. Dessiner Jusqu'à ton cou lascif, les affres de l'ardeur.Et sur ta peau velours où mes doigts se promènent
donner à mon désir d'autres mots que virtuel.
Te sentir descendre sur mon sein où tes lèvres gourmandes imprègnent de frisson mon auréole qui tremble.
Découvrir, là au creux de ton ventre, ce parfum de plaisir qui met le mien en feu, et caresser tes reins de mes mains, sans attendre, avant que de goûter à ta chair un peu mieux.
Dans mon imaginaire, Je veux, entre mes cuisses ouvertes à ton offrande, te sentir découvrir sous tes baisers une saveur nouvelle.
Te faire découvrir, sous ta langue, mon désir au goût de miel, le bourgeon qui durcit sous la caresse lente de la langue.
Entrainer ta main, tes doigts à glisser dans ma chaleur humide pour combler, mais sans hâte, mon nid brûlat, avide.
Te sentir plonger et revenir à m'entendre gémir quand ta bouche me dévore, encore, et à plaisir. Puis sans brutalité, te pousser à donner un autre rythme Jusqu'à sentir mon corps monter vers d'autres cimes
Te sentir haletant, à réclamer enfin la jouissance suprême, en offrande à mes reins.Et dans un cri soudain, là, l'extase connaître quand tu te repaitre de mon nectar.
Frémissante et sublime, jusqu'à oublier d'être, alors sur ton coeur qui s'affole je viendrai déposer mon amour en corolle.

Mais c'est seulement dans mon jardin privé. Dans la réalité, quand je t'ai en face de moi, quand je discute avec toi occasionnellement par messagerie interposé,je tamise mes sentiments.
Ce matin, j'ai éteint mon écran,Je me suis enfin réveillée ce n'est pas une réalite mais un amour virtuel qui n'a rien de réel.
Pourtant, quand tu me parle de choses sérieuses, parfois moins mais sans être équivoque, pour toi, je ne peux m'empêcher de penser, d'avoir envie que tu Clic sur mes endroits stratégiques, que tu me caresse de ta souris.
Tes longs cheveux sur ton cou me font rêver et j'ai envie de t'aimer
et que je prends la direction de ton corps. je Clic sur mes lèvres.
Sur tes photos je visionne ton corps en plein écran. Je suit tes formes, doucement glisse le curseur de mouvements lents sur toi, et les fantasmes reprennent.
Peut être un jour se réaliseront-il ? J'en doute ...

chris
  • 2. chris | 28/05/2009

a vivre au moins une fois dans sa vie...

Johanna
  • 3. Johanna | 18/12/2008

Comme ce doit être bon de vivre ça dans le réel, dans le concret....vrai que lorsqu'on est seule.....l'envie peut nous prendre...mais elle nous fait souffrir car on ne peut l'assouvir...alors on souffre et on pleure..
Cela dit, tu as un don pour écrire ce genre de poésie.....tu donnes des chaleurs....

Marie
  • 4. Marie | 11/08/2008

Qui donne envie oui, mais seule, l'envie on la met dans sa poche avec son mouchoir par dessus.

Marie

Angie
  • 5. Angie | 23/05/2008

Waouw! Les mots me manquent... mais je n'en pense pas moins...

Petite Fée Véronique
  • 6. Petite Fée Véronique | 22/02/2008

Mère, épouse et maîtresse... la femme idéale...

Un texte qui donne envie !!!

Amicalement,

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×